Loading. Please wait...
search
Chine

S’expatrier en Chine: vivre et travailler a Dongguan, Guangdong

L’aventure américaine touche à sa fin il est déjà temps de penser à rentrer… ou pas…

Je ne vais pas évoquer le climat social de la France quelque peu morose en 2014, ou du marché du travail en berne etc… car pour le coup (à l’époque) cet état des choses n’a en rien motivé mon départ pour la Chine! Entre la fin des études de monsieur, une demande en mariage qui donne des ailes, une expérience américaine plus que réussie qui n’a fait qu’accroître cette envie d’ailleurs et des propositions professionnelles toutes plus intéressantes les unes que les autres qui se profilaient, le choix de continuer l’expérience de l’expatriation fut relativement simple à prendre. C’est ainsi qu’après avoir longuement hésité entre un poste à Barcelone, un au Vietnam et un Chine, que monsieur et moi qui rêvions d’Asie avons décidé de poser nos valises en Chine.

La Chine offrait en effet plus de perspective à monsieur de trouver un emploi par rapport au Vietnam.

Direction la chaude et douce province du Guangdong, au climat idéal pour la frileuse que je suis (oui c’est LE critère qui conditionne pas mal de destination avec moi).

Une nouvelle destination excitante s’est donc présentée mais non pas moins angoissante.

Mais une fois passé le milliard de questions existentielles du style: dois-je apprendre le mandarin ou le cantonais, comment ça se passe lorsque l’on est noire en chine, monsieur pourra-t-il vraiment travailler, comment (sur)vivre avec la censure internet, y’a t-il des français à Dongguan (je ris aujourd’hui des recherches que j‘ai pu infliger à google), l’excitation reprend le dessus et le retour à la réalité aussi.

Déménager des USA vers la Chine (avec une petite escale de deux semaines en France) c’est du boulot !

C’est donc après des kilos de bagages, un visa M, un visa Z et un permit de résidence chinois, que me voici à Dongguan, encore une fois seule, mais pas pour longtemps cette fois car monsieur m’a rejoint beaucoup plus vite c’est fois-ci.

Dongguan

Dongguan est une ville de taille moyenne en Chine (plus de 8 millions d’habitant), vous êtes ici dans l’équivalent de Toulouse ou Bordeaux, mais à l’échelle Chinoise.

Troisième ville du Guangdong après Guangzhou (Canton) et Shenzhen, elle est pile poil à mi-chemin entre les deux, ce qui permet des escapades très rapide dans les deux villes. D’ailleurs certains personnes travaillant à Dongguan (du côté de ChangPing et de ses environs) peuvent se permettre de vivre à Shenzhen l’accès en train étant rapide et facile.

La ville est une ville usine comme on en croise beaucoup dans cette région (qui est le poumon industriel de la Chine) et de fait l’endroit est un vrai melting pot !

La ville est immense et est en fait un rassemblement de plusieurs « zhen », de plusieurs villes : ChangPIng, ZhangMuTou, HengliZhen, ShipAi et des dizaines d’autres, qui varient de la petite ville industrielle au petit village dortoir. Je n’ai jamais vraiment pris le temps de l’explorer, supplantée par la traditionnelle et historique Guangzhou à l’ouest et l’ultra moderne Shenzhen porte d’entrée vers Hong-Kong à l’est.

Transports

La ville est hyper étendue, et malgré la présence de trottoir et de la possibilité de se déplacer à pied très facilement, les distances et la chaleur rendent la mission périlleuse. Cela dis pour des cours trajets pas de problèmes.

Le vélo, qu’il soit classique ou électrique, est ici roi ! Vous trouverez des vélos taxis dans lequel on peut s’entasser à 4 (voire plus avec des enfants). Le scooter et la mobylette sont également des modes de transports à privilégier.

La voiture offre à côté un vrai confort, mais reste cependant réservée aux initiés… en effet à Dongguan les accidents ne sont pas rares les conducteurs sont fous, les klaxons sonnent toute la journée, et malgré la difficulté pour avoir son permis ici (plusieurs mois sont nécessaires), le code de la route semble être une notion abstraite ici, où seul le respect du feu rouge a subsisté.

Pour ce qui est de passer le permis, il y des auto-écoles quasiment partout, mais je n‘en connais qu’une qui proposait l’apprentissage en anglais à Chang Ping.

PS : certain de mes collègues ont tenté sans succès d’acheter leur permis (les examinateurs font attention, enfin à Dongguan) ou de 1 – faire changer leur permis à Hong Kong pour ensuite 2 – changer le permis hongkongais en permis chinois (mais encore faut-il passer l’étape une). Perso je ne conseille pas la méthode une, mais si vous parvenez d’une quelconque manière que ce soit à obtenir une adresse sur HK foncez pour la méthode n°2 !

Il y a quelques lignes de bus mais en ayant eu que de très mauvais échos à ce sujet je n’en ai jamais pris.

Enfin par la route il y a le taxi, cheap, sous toutes ses formes (moto, mobylette, vélo électrique, voiture) il constituait mon moyen de transport privilégié.

L’aéroport le plus proche est celui de Guangzhou, je pense et puis celui de Shenzhen est plus petit, mais en fonction des offres et de la destination il faut arbitrer et en termes de cout le Hub de HK est nettement plus intéressant pour explorer le reste de l’Asie.

Et enfin le train ! Très bien, confortable, et pas cher, il permet de voyager à travers tout le pays.  A Dongguan il y a deux gares et dans les trains deux classes sont disponibles avec une différence de prix très légère. La gare de ChangPing étant la plus proche de chez moi je suis toujours passée par là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Categories

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts