Loading. Please wait...
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger
View Bigger

Vivre et etudier en Grèce à Thessalonique

J’ai eu la chance au cours de mes études de partir en échange universitaire grâce au programme ERASMUS.

Pourquoi la Grèce ? Car à l’époque je me nourrissais encore de mes rêves de gamines fan d’archéologie et de mythologie ! Une destination au soleil (vital pour moi) et très dépaysante (j’adore sortir de ma zone de confort) bordée par la mer Egée. C’était une occasion unique, alors le choix fût vite fait.

Pas évident lorsque l’on n’étudie pas le tourisme de trouver un programme « étoffé » pour étudiant non grecophone là-bas, du coup faute de trouver un parcours qui me correspondait dans l’université partenaire à Athènes, j’étais à 20 ans, en route pour Thessalonique.

Thessalonique est la deuxième ville du pays. Côtière, très agréable, et surtout étudiante, elle est idéale pour faire ses premiers pas à l’international.

Moins d’une semaine après mon arrivée j’avais déjà rencontré plus de nationalités que dans les 20 années qui venaient de s’écouler !

Comme dans tout le pays, la ville est un musée en plein air, une ville-site-archéologique-tout-en-un.

Parsemée de petites maisons colorées et de vestiges antiques à chaque coin de rue, ce petit bout de pays est vraiment magnifique.

En terme de formalités je vous donne ici des infos basiques dans le sens où venant d’un pays de l’UE pour étudier en Grèce je n’ai pas eu besoin de visa, et je n’ai pas non plus eu de démarches particulières à faire pour la ligne d’électricité (on payait seulement les factures lorsqu’elles arrivaient) etc…

 

Les transports

La ville a un réseau de bus très développé (à l’époque il n’y avait ni tram, ni métro mais cela à peut-être changé) qui dessert toute la ville et les environs. Il permet de relier les principaux établissements universitaires, la gare centrale et l’aéroport.

Le coût est très faible, un ticket de bus valable 1h30 coûtait 1€, mais après réduc étudiante ce n’était plus que 50cts.

Les taxis sont également relativement abordables.

Il y a un aéroport (mais honnêtement je n’ai pris l’avion que pour mes deux allers-retours en France) et surtout une GARE : la Railway Station of Thessaloniki – Sidirodromikos Stathmos Thessalonikis

(rue Monastiriou) qui permet d’explorer tout le pays, mais également à moindre cout les Balkans et la Turquie. Accessible par quasiment tous les bus de la ville (2, 3, 8, 9, 10, 14, 17, 19, 37, 38, 40, 51, 52, 54, 56, 64 et le 78 depuis l’aéroport)

Et il y a également une gare routière : la Macedonia Intercity Bus Station (alias KTEL) rue Giannitson qui dessert les mêmes destinations à plus bas coût. Accessible par différents bus de la ville (1, 8, 12, 45, 80, 81, 82A, 82B, 82E, 82K, 89A, 89B.) ainsi qu’une navette directe depuis l’aéroport

Et enfin un port qui rallie notamment Lymnos et Mytilene mais également le port du Pirée à Athènes, Skiathos, Kopelos etc…

Vie pratique

Pour faire les courses rien de bien déstabilisant en terme d’enseignes puisque l’on retrouve toutes celles que l’on connait de Carrefour à Ikea. Idem pour les banques etc… Par contre au niveau des produits c’est à la sauce locale ! Donc entre les croissants fourrés à la vanille et le vin acide (Retsina) faites votre choix. Mais pour info, en Grèce les étudiants ont le droit à deux repas gratuits par jour (weekend compris) donc autant vous dire que les courses ce n’était pas souvent !

Pour ce qui est facture d’électricité, chauffage etc… tout est évidemment en grec donc prévoir de passer au début beaucoup de temps avec son buddy ou… de se mettre au grec. Les factures une fois reçues se payent aux guichets des banques.

Enfin en tant que français à l’étranger n’hésitez pas à vous enregistrer au consulat !

Lorsque je suis partie étudier en Grèce c’était une destination d’étude, peu connue…Il me fut plus difficile de trouver des infos, sur la vie sur place, les cours etc…, il a fallu m’habituer à pratiquer l’anglais au quotidien, et la France et mes proches se trouvaient plus loin que jamais auparavant…

Si je devais faire un bilan, je dirais qu’il y a eu des moments pas trop évidents, mais une fois la période d’adaptation passée, il ne reste plus qu’à profiter de l’aventure que cela représente…

J’ai grandi et appris sur moi-même au cours de cet échange, et si vous aviez en tête en passant par ici d’aller faire un échange universitaire en Grèce : vraiment…Foncez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Story Like

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts